L’immobilier locatif et le métier de rentier

plus de visibilité en France et Canada

L’immobilier locatif et le métier de rentier

Il est plus facile pour une personne d’une trentaine d’années d’investir dans l’immobilier locatif par rapport à une personne qui atteint la cinquantaine. Pour pouvoir profiter des bénéfices de sa location, on doit alors vite devenir rentier immobilier dès qu’on le peut. Cet article vous explique les points essentiels à savoir concernant le métier de rentier dans l’immobilier locatif.

 

Pourquoi se presser d’investir dans le locatif ?

 

Vous avez la trentaine ? Vous souhaitez investir dans l’immobilier, pourtant, vous n’avez pas les fonds nécessaires pour devenir rentier ? Avant de vous poser la question : comment devenir rentier ? Sachez que même sans avoir des moyens financiers, vous pouvez l’être. Le capital n’est jamais le principal souci d’un rentier, pour résoudre ce problème, il vous suffit d’obtenir un prêt auprès d’une banque. Le véritable souci c’est plutôt : comment gagner la confiance d’une banque ? À 30 ans, avec des revenus mensuels moyens, vous pouvez facilement obtenir un prêt par rapport à une personne de plus de 50 ans. N’attendez donc pas d’être presque retraité pour investir dans l’immobilier locatif. Vous pouvez le faire dès maintenant pour mieux anticiper votre futur. Une banque accorde facilement son soutien à une personne sérieuse, capable de la rembourser dans les temps. De ce fait, priorisez les offres de prêt à long terme avec un taux d’emprunt raisonnable proportionnelles à votre projet de rentier.

 

La rentabilité est-elle vraiment importante pour être rentier ?

 

En ce qui concerne l’immobilier locatif, la rentabilité n’est pas à ce point important. Par contre, ce qu’il faut considérer en tant que rentier c’est le cashflow, mais qu’est-ce que c’est ?

 

Le cashflow et l’immobilier locatif

 

Si vous n’avez jamais entendu parlez de ce terme, mais que souhaitez investir dans l’immobilier locatif en tant que rentier, vous pouvez vous rattraper tout de suite. Le cashflow est le montant restant déduit de vos mensualités, vos charges et les éventuelles taxes associées au loyer. De ce fait, avec un cashflow élevé, vous obtiendrez une rente élevée. Par rapport aux autres indicateurs, le cashflow vous permet d’éviter les risques d’endettement en se basant sur l’apport réel perçu de la location.

Un cashflow entre 100 et 200 € est déjà acceptable dans l’immobilier locatif. Vous pouvez obtenir des bénéfices plus élevés, mais avec plus de contraintes liées aux réglementations changeantes et à la fiscalité.

 

En résumé, un investissement locatif solide dépend du profil que vous présentez auprès d’une banque, des fiscalités liées aux loyers et de la période prévue pour le remboursement.

Aucun commentaire

Ajoutez votre commentaire

Comment faire croître une entreprise canadienne en France et au canada   Acheter des noms de domaines points canadiens .ca